DES HOMMES

  • mercredi 16 juin à 20h30
  • dimanche 20 juin à 17h30
  • mardi 22 juin à 18h30
film franco-belge écrit et réalisé par Lucas Belvaux,avec Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre Darroussin

durée : 1h41

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Ils ont été appelés en Algérie au moment des "événements" en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d'autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais parfois il suffit de presque rien, d'une journée d'anniversaire, d'un cadeau qui tient dans la poche, pour que quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.

L’image de Belvaux est si juste, si nette, qu’elle ne distingue pas le passé du présent, tous deux comme enlisés dans un bourbier.Le Nouvel Observateur



LES SEMINARISTES

  • jeudi 17 juin à 20h30 en VOST
  • lundi 21 juin à 20h30 en VOST
Drame slovaque de Ivan Ostrochovský avec Samuel Skyva, Samuel Polakovic, Vlad Ivanov

durée 1h21 En Tchécoslovaquie au début des années 1980, le régime communiste musèle l’église. Deux jeunes séminaristes devront choisir entre la soumission à la police secrète, ou une fidélité à leurs convictions qui pourrait leur coûter la vie.

Le noir et blanc vif et contrasté va bien aux récits politiques de l’Est. Comme Paweł Pawlikowski avec Ida (2013), comme Kirill Serebrennikov avec Leto (2018), Ivan Ostrochovsky l’emploie pour Les Séminaristes, persécution et résistance de l’Eglise catholique contre le régime communiste en Tchécoslovaquie. Dernières nouvelles d'Alsace.

Cette semaine on peut découvrir ou redécouvrir en salle le magnifique film de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub - En rachâchant (1982) - en avant programme des Séminaristes de Ivan Ostrochovský. Cet incident réveille chez cet homme blessé des instincts larvés qui vont le propulser sur une voie violente, révélant des zones d’ombres et des compétences létales insoupçonnées. Dans une avalanche de coups de poings, de fusillades et de crissements de pneus, il va tout faire pour tirer sa famille des griffes d’un redoutable ennemi et s’assurer que, plus jamais, personne ne le prenne pour un moins que rien.



''__

CHACUN CHEZ SOI

  • samedi 19 juin à 20h30
Comédie française de Michèle Laroque avec Michèle Laroque, Stéphane De Groodt, Alice de Lencquesaing

durée 1h23

Catherine et Yann sont en couple et amoureux depuis de nombreuses années. Mais depuis que Yann a quitté son boulot, il s'est pris de passion pour les bonsaïs. Une passion dévorante qui prend beaucoup de place aux yeux de Catherine, qui se sent quelque peu délaissée. La situation ne va pas s'arranger lorsque leur fille Anna, et son copain Thomas, viennent s'installer chez eux suite à une galère d'appartement. La cohabitation s'avère plus que difficile pour les deux couples que tout oppose..

On ne s’inquiète pas pour ce deuxième film de Michèle Laroque dont l’enthousiasme et la popularité sont intacts. Il nous a juste semblé que le pitch faisait long feu, qu’on bifurquait rapidement dans le vaudeville, et que les comédiens (...) ne jouaient plus forcément tous dans le même film. La voix du Nord.

QUELQUE CHOSE DES HOMMES ­

  • dimanche 20 juin à 20h30

Soirée Projection nomade en partenariat avec Ty Films

Documentaire français de Stéphane Mercurio

durée 1h

Un film impressionniste, fait de corps, de gestes, de récits de la relation des hommes àla paternitéet àla filiation. La cinéaste s’est glissée avec sa caméra dans l’intimitéde ces hommes au cours des séances de prises de vue "père et fils" du photographe Grégoire Korganow, pour saisir quelque chose des hommes. Mission impossible et pourtant... Précédé d'un autre court métrage: L’ AMBASSADEUR ET MOI de Jan Czarlewski et suivi d'une rencontre avec la cinéaste Stéphane Mercurio. Programmation "Et la tendresse, bordel !" Tarif: 4 euros



PETITE MAMAN

  • mardi 22 juin à 20h30
  • dimanche 27 juin à 20h30
Drame français de Céline Sciamma avec Joséphine Sanz, Gabrielle Sanz, Nina Meurisse

durée 1h12

Nelly a huit ans et vient de perdre sa grand­mère. Elle part avec ses parents vider la maison d’enfance de sa mère, Marion. Nelly est heureuse d’explorer cette maison et les bois qui l’entourent où sa mère construisait une cabane. Un matin la tristesse pousse sa mère à partir. C’est là que Nelly rencontre une petite fille dans les bois. Elle construit une cabane, elle a son âge et elle s’appelle Marion. C’est sa petite maman.