La Belle Equipe - Cinéma d'Argoat - Callac

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

À L'AFFICHE

LA DOULEUR

  • jeudi 22 février à 20h30
  • dimanche 25 février à 15h

Drame français d' Emmanuel Finkiel avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel et Benjamin Biolay

Durée : 2h06

Juin 1944, la France est toujours sous l’Occupation allemande. L’écrivain Robert Antelme, figure majeure de la Résistance, est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivaine et résistante, est tiraillée par l'angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.

Puissant et singulier, La Douleur est un immense film de cinéma et de littérature, un moment suspendu, à la fois glaçant et brûlant. Bande à part

50 NUANCES PLUS CLAIRES
Fifty Shades Freed

  • vendredi 23 février à 20h30
  • mardi 27 février à 20h30 in English

Romance américaine de James Foley avec Dakota Johnson et Jamie Dornan

Durée : 1h46

Enfin réunis, Christian et Ana ont tout pour être heureux : amour, passion, fortune, et un monde infini de possibilités. Mais bientôt, alors que tout semble leur sourire, le destin les rattrape jusqu'à ce que les pires cauchemars d'Ana deviennent réalité... Un "happy end" est-il possible pour Grey et Ana ?

Pour les aficionados, ce troisième opus réserve son lot de moments forts, comme voir le ténébreux Christian Grey verser quelques larmes... Et de dérision, car oui, beaucoup d'humour se glisse dans cet opus. Pour les autres, sans grande surprise, il n'est plus vraiment question d'apprentissage SM ou autres pratiques sexuelles, mais bien d'un véritable film à l'eau de rose. Télé-Loisirs

PENTAGON PAPERS
The Post

  • samedi 24 février à 20h30
  • lundi 26 février à 20h30 in English

Thriller américain de Steven Spielberg avec Meryl Streep, Tom Hanks et Sarah Paulson

Durée : 1h55

Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s'associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d'État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d'années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Spielberg parvient, par une mise en scène aussi enjouée que précise, à faire partager au spectateur l’enjeu de chaque échange, l’excitation de chaque découverte et décision. Dans ce didactisme euphorisant, à contre-courant du pessimisme de l’époque, réside aussi la dimension politique de cette ode au contre-pouvoir que représente le journalisme lorsqu’il est pratiqué avec indépendance et témérité. Libération

CRO-MAN
Early Man

  • dimanche 25 février à 17h30
  • lundi 26 février à 14h30
  • mardi 27 février à 14h30
  • mercredi 7 mars à 14h30

Film d'animation britannique de Nick Park avec la voix de Pierre Niney

Durée : 1h29

Préhistoire, quand les dinosaures et les mammouths parcouraient encore la Terre. L’histoire d'un homme des cavernes courageux, Doug, et de son meilleur ami Crochon, qui s’unissent pour sauver leur tribu d’un puissant ennemi.

L’esprit de Nick Park et du studio Aardman est de retour dans ce film plein d’humour et d’inventivité. aVoir-aLire.com

PROCHAINEMENT

BLACK PANTHER

  • mercredi 28 février à 20h
  • vendredi 2 mars à 20h30

Thriller américain de Ryan Coogler avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan et Lupita Nyong'o

Durée : 2h14

Après avoir participé à l'affrontement entre Iron Man et Captain America, T'Challa retourne chez lui dans la nation africaine technologiquement avancée du Wakanda, pour servir son pays en tant que nouveau roi. Cependant, le pouvoir de T'Challa va bientôt être défié par des factions de son propre pays. Quand deux ennemis conspirent pour détruire le Wakanda, la Panthère noire doit s'allier à l'agent de la CIA Everett K. Ross et aux membres du Dora Milaje, les forces spéciales du Wakanda, pour éviter que le pays soit emporté dans un conflit mondial.

Et si le nouvel Eldorado, c’était l’Afrique ? C’est le pari des studios Marvel, qui lâchent leur Black Panther, 100 % noir et africain. Ryan Coogler réussit un blockbuster visuellement éblouissant et porté par un héros qui ringardise les autres films de super-héros. Les Fiches du Cinéma

LE VOYAGE DE RICKY

  • jeudi 1er mars à 14h30
  • vendredi 2 mars à 14h30
  • lundi 5 mars à 14h30
  • mardi 9 mars à 14h30

Film d'animation belge de Toby Genkel et Reza Memari

Durée : 1h24

Ricky est orphelin. Recueilli par une famille de cigognes, il est persuadé d’en être une lui aussi. Seul problème : Ricky est un moineau… Alors, quand sa famille adoptive se prépare pour la grande migration d’automne vers l’Afrique, il doit affronter la réalité : aucun moineau n’est de taille à faire un si long voyage. Mais si Ricky est un poids plume, il est surtout très têtu ! Il s’envole donc tout seul pour l’Afrique, bien résolu à prouver qu’il est une vraie cigogne malgré tout. En chemin, il rencontre Olga, une chouette pygmée excentrique et beaucoup trop grande, accompagnée de son ami imaginaire Oleg. Et lorsqu’ils libèrent de sa cage une perruche, Kiki, chanteur de karaoké narcissique, une aventure pleine de rebondissements commence ! Ces trois oiseaux rares vont devoir apprendre à voler de leurs propres ailes…

Ce charmant film d'animation bourré de rebontissements fera les délices des plus petits, tout en leur délivrant un joli message sur la tolérance. Épatant. Le Parisien

3 BILLBOARDS, LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE
Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

  • jeudi 1er mars à 20h30 in English
  • lundi 5 mars à 20h30 in English

Thriller américain de Martin McDonagh avec Frances McDormand, Woody Harrelson et Sam Rockwell

Durée : 1h56

Après des mois sans que l'enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l'entrée de leur ville.

Avec 3 Billboards, prix du scénario à la Mostra de Venise, l'Irlandais Martin Mc Donagh signe un classique instantané. C'est tragiquement drôle, férocement humain, dialogué à l'acide et interprété par des cadors – Frances McDormand en dure à cuire (imaginez John Wayne dans le rôle d'une maman) et le toujours génial Sam Rockwell en policier white trash et soupe au lait. Tout ce qu'on espère d'un cinéma américain accaparé par les surhommes en collants et leurs dilemmes pour gamins de 10 ans : une grande histoire sur des petites gens. Le Nouvel Observateur

BELLE ET SEBASTIEN 3
Le dernier chapitre

  • samedi 3 mars à 20h30
  • dimanche 4 mars à 15h
  • mardi 6 mars à 20h30

Film français de Clovis Cornillac avec Félix Bossuet, Tchéky Karyo et Clovis Cornillac

Durée : 1h30

Deux ans ont passé. Sébastien est à l'aube de l'adolescence et Belle est devenue maman de trois adorables chiots. Pierre et Angelina sont sur le point de se marier et rêvent d'une nouvelle vie, ailleurs... Au grand dam de Sébastien qui refuse de quitter sa montagne. Lorsque Joseph, l'ancien maître de Belle, ressurgit bien décidé à récupérer sa chienne, Sébastien se retrouve face à une terrible menace. Plus que jamais, il va devoir tout mettre en œuvre pour protéger son amie et ses petits...

Cornillac s’amuse (y compris comme acteur dans un méchant aux petits oignons) et son enthousiasme est communicatif. Et si son Belle et Sébastien ne révolutionne pas le genre, il constitue – et de loin - le meilleur épisode de la trilogie. Celui le plus fidèle au célèbre feuilleton de Cécile Aubry. De la nostalgie joyeuse et jamais rance.

Ballet au cinéma

LE CORSAIRE

  • dimanche 4 mars à 17h30 (15€)

Ballet en trois actes chorégraphié par Manuel Legris d'après Marius Petipa

Durée : 2h05 + entracte
(verre de pétillant offert)

Inspiré par le poème épique de Lord Byron, Le Corsaire narre les aventures dans l'ancienne ville turque d'Andrinople du fougueux corsaire Conrad qui tombe amoureux de la belle Médora, pupille du marchand d'esclaves Lankedem et convoitée par le très puissant Pacha. Le Corsaire est un ballet classique qui multiplie les tableaux spectaculaires et féeriques. Objet de multiples versions, Le Corsaire est surtout devenu familier grâce à Jules Perrot puis à Marius Petipa et a acquis une célébrité mondiale au début des années 60 avec Margot Fonteyn et Rudolf Noureev qui rendront légendaire son fameux pas de deux. Il n’avait encore jamais été représenté dans son intégralité au Wiener Staatsoper avant que le directeur du ballet de l’Opéra de Vienne Manuel Legris n’entreprenne de redonner à cette œuvre une place à la hauteur de son importance dans l’histoire de la danse.

MARY ET LA FLEUR DE SORCIÈRE

  • jeudi 8 mars à 14h30
  • vendredi 9 mars à 14h30

Film d'animation japonais d'Hiromasa Yonebayashi

Durée : 1h42

C'est l'été. Mary vient d’emménager chez sa grand-tante dans le village de Manoir Rouge. Dans la forêt voisine, elle découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu'une fois tous les 7 ans. On l'appelle la "fleur de la sorcière". Pour une nuit seulement, grâce à la fleur, Mary possèdera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, l’école la plus renommée dans le monde de la magie, qui s'élève au-dessus du ciel, au-delà des nuages. Le secret de la fleur de la sorcière se révèlera à elle petit à petit.

Le somptueux film d’animation de Hiromasa Yonebayashi renoue avec l’innocence et la joie des premières œuvres du studio de Miyazaki. Privilégiant le dessin manuel dans un secteur où la 3D écrase tout, le film transpire d’un savoir-faire d’autant plus exceptionnel qu’il semble en voie de perdition. Libération

LE 15H17 POUR PARIS

  • mercredi 7 mars à 20h30 in english
  • mardi 13 mars à 20h30

Thriller américain de Clint Eastwood avec Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Ston

Durée : 1h34

Tous publics avec avertissement

Dans la soirée du 21 août 2015, le monde, sidéré, apprend qu'un attentat a été déjoué à bord du Thalys 9364 à destination de Paris. Une attaque évitée de justesse grâce à trois Américains qui voyageaient en Europe. Le film s'attache à leur parcours et revient sur la série d'événements improbables qui les ont amenés à se retrouver à bord de ce train. Tout au long de cette terrible épreuve, leur amitié est restée inébranlable. Une amitié d'une force inouïe qui leur a permis de sauver la vie des 500 passagers …

En racontant l’amitié de jeunesse des trois garçons et en leur faisant interpréter eux-mêmes leur personnage, Clint Eastwood, après American Sniper et Sully, poursuit, avec l’efficacité qui est la sienne, son exaltation du héros ordinaire made in America. Le Dauphiné Libéré

LE LABYRINTHE
Le Remède Mortel

  • vendredi 9 mars à 20h30
  • dimanche 11 mars à 17h30

Film de science-fiction américain de Wes Ball avec Dylan O'Brien et Kaya Scodelario

Durée : 2h22

Tous publics avec avertissement

Dans ce dernier volet de l’épopée Le Labyrinthe, Thomas et les Blocards s’engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Afin de sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la légendaire et sinueuse Dernière Ville contrôlée par la terrible organisation WICKED. Une cité qui pourrait s’avérer être le plus redoutable des labyrinthes. Seuls les Blocards qui parviendront à en sortir vivants auront une chance d’obtenir les réponses tant recherchées depuis leur réveil au cœur du Labyrinthe.

Mené à 800 à l'heure, cet ultime volet de la saga nous en met plein la vue, grâce à un rythme infernal, un suspense haletant, des scènes d'action spectaculaires et très originales, et des personnages bien travaillés, en dépit d'une ultime séquence un peu mièvre. Le Parisien

LE RETOUR DU HÉROS

  • samedi 10 mars à 20h30
  • dimanche 11 mars à 15h

Comédie historique française de Laurent Tirard avec Jean Dujardin et Mélanie Laurent

Durée : 1h30

Elisabeth est droite, sérieuse et honnête. Le capitaine Neuville est lâche, fourbe et sans scrupules. Elle le déteste. Il la méprise. Mais en faisant de lui un héros d'opérette, elle est devenue, malgré elle, responsable d'une imposture qui va très vite la dépasser…

L'air avantageux, sourcil arqué, torse bombé, Jean Dujardin retrouve sous de flamboyants costumes Empire le personnage de bellâtre crétin d'OSS 117. On ne s'en lasse pas. Il est irrésistible de lâcheté dans le duel au pistolet. Le Figaro

Le doc du mois

NI JUGE NI SOUMISE

  • jeudi 8 mars à 20h30
  • lundi 12 mars à 20h30

Documentaire franco-belge de Jean Libon et Yves Hinant

Durée : 1h39

Tous publics avec avertissement

Ni Juge ni soumise est le premier long-métrage Strip-Tease, émission culte de la télévision belge. Pendant 3 ans les réalisateurs ont suivi à Bruxelles la juge Anne Gruwez au cours d'enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime.

Au fil des séquences - l'exhumation d'un cadavre est l'une des plus surréalistes -, on rit beaucoup et pourtant les dossiers de la juge sont terribles (vols à l'arraché, viols, meurtres…). Les images de Ni Juge ni soumise montrent que la réalité est souvent beaucoup plus forte que la fiction. Le Figaro

ORANGE CINÉDAY



À compter du 4 novembre 2015, la commande de code Cinéday s’effectuera uniquement le mardi à partir de 8h00, dans la limite des places disponibles. Les codes commandés seront valables le jour même uniquement.


Contacts

LA BELLE EQUIPE
Cinéma Argoat

Place de l'église
22160 Callac

  • Tél. : 02 96 45 92 21 (programme de la semaine en cours)
    02 96 45 89 43 (administration)
  • Mail: cineargoat@orange.fr

Naissance de La Belle Equipe

Pas de chance ! Caché derrière une petite maison, le cinéma Argoat est peu visible au passant. Pourtant, il recèle des trésors de dynamisme et de volonté !

Lorsque nous sommes arrivé.e.s en 1994, la salle ne comptait plus que 5 000 entrées par an et s'apprêtait à déposer le bilan, explique Sylvie Lagrue, présidente de l’association La Belle Equipe. Notre objectif principal était de remonter les entrées avec une programmation plus variée. Pour autant, la simple volonté ne suffit pas. Il a fallu découvrir le fonctionnement d’une salle de cinéma, apprendre les méandres administratifs. Nous avons découvert la face cachée du secteur, la pression des distributeurs, pourquoi nous ne pouvons avoir un film en sortie nationale, pourquoi nous devons sortir tel film pour obtenir tel autre… Puis il a fallu connaître les différentes instances cinématographiques, la mise en place des dossiers, la logistique, les transports... Sans compter les trois bénévoles qui ont dû se former à la projection, se souvient Sylvie.

Aujourd’hui, avec l’aide des ancien.ne.s exploitant.e.s devenu.e.s membres de l’association, La Belle Equipe maîtrise parfaitement son cinéma, entièrement modernisé (Dolby Digital, 3D...) et a su mettre en place des actions efficaces, permettant de doubler le nombre des entrées (10000 par an aujourd’hui). L'adhésion aux Ecrans d'Armor puis au Collectif cinéma 22 a permis d’accueillir des hôte.sse.s de marque tels que Jean-Pierre Mocky, Benoît Jacquot ou encore Mariana Otero. De même, la participation aux dispositifs d'éducation à l'image Cin'école et Ecole et cinéma, le développement de la VO, la diffusion de films d’art et essai et de documentaires ont attiré un nouveau public.

Désormais, nous sommes reconnu.e.s comme ayant une solide programmation. Parallèlement à l’activité cinématographique classique, nous tenons également à proposer des films tournés en Bretagne ou abordant des sujets qui interpellent les gens d’ici : l’agriculture durable, l’avenir de la médecine en milieu rural…

Pour autant, l’effort doit se poursuivre : bien que situé dans une zone subissant peu l’influence des salles multiplexes, l’Argoat doit se battre quotidiennement pour conserver et étoffer son public. Nous sommes dans un milieu rural et social assez fragile. Pour avoir la même croissance que les autres salles, nous devons faire 4 fois plus de travail d’animation, souligne Sylvie. Raison pour laquelle l’association travaille avec un programmateur qui propose un choix de films quelque peu différent. Des ententes avec les autres cinémas locaux (Rostrenen, Carhaix) ont également leur intérêt. Notre public art et essai étant un peu le même, nous essayons de nous concerter pour ne pas offrir les mêmes films.

Nous avons eu des moments difficiles, surtout quand le public n’est pas au rendez-vous, mais également des moments très forts, notamment avec la venue de Lucie Aubrac ou la diffusion du film sur les oubliés de 39-45. Pour cette raison, il ne faut pas lâcher la barre et rester constamment en éveil, conclut Sylvie.