La Belle Equipe - Cinéma d'Argoat - Callac

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

À L'AFFICHE

HIRUNE HIME
Rêves éveillés

  • jeudi 27 juillet à 14h30

Film d'animation japonais de Kenji Kamiyama

Durée : 1h50

conseillé à partir de 10 ans

Morikawa vit avec son père à Okayama. Depuis peu, elle fait une série de rêves étranges. Quand soudain, son père est arrêté par la police. Avec l'aide de son ami Morio, Morikawa est déterminée à libérer son père, ainsi que de démêler le mystère de ses rêves.

Avec une narration subtile mêlant film de monstres et conte de fées, Hirune Hime est une émouvante histoire familiale évoquant la délicatesse de Mamoru Hosoda. Le film est de plus porté par une animation somptueuse, mariant tradition et numérique, soulignant la force du récit sans s'interdire quelques pointes d'humour à la façon du Miyazaki de Kiki la petite sorcière. L'Écran Fantastique

GRAND FROID

  • jeudi 27 juillet à 20h45
  • mardi 1er août à 20h45

Comédie dramatique franco-belge de Gérard Pautonnier avec Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont et Olivier Gourmet

Durée : 1h26

Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco.

Cette fantaisie macabre est servie par deux comédiens extrêmement complices dont les rapports père-fils sont soulignés avec beaucoup de tendresse. L’humour est sombre, mais il n’y a rien de glauque dans cette histoire dont l’atmosphère n’est pas sans rappeler celle des œuvres d' Aki Kaurismäki. 20 Minutes

LE GRAND MÉCHANT RENARD
et autres contes

  • vendredi 28 juillet à 14h30

Film d'animation français de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Durée : 1h20

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités : un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin !

Humour, tendresse, gags désopilants....Un vrai bon moment de plaisir assuré et n’oubliez pas : ce n’est pas que pour les enfants ! aVoir-aLire.com

SPIDER-MAN
Homecoming

  • vendredi 28 juillet à 20h45
  • dimanche 30 juillet à 20h45 VOST

Film de super-héros américain de Jon Watts avec Tom Holland, Michael Keaton et Robert Downey Jr.

Durée : 2h13

Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui...

Troisième variation en quinze ans des aventures de l’homme-araignée au cinéma, cet opus signé Jon Watts, léger et personnel, retrouve le charme et l’esprit des tout premiers comic books consacrés au héros Marvel. Bande à part

LES HOMMES DU FEU

  • samedi 29 juillet à 20h45
  • dimanche 30 juillet à 18h

Drame français de Pierre Jolivet avec Roschdy Zem et Emilie Dequenne

Durée :1h30

Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade... Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien.

Pierre Jolivet aime les films mettant en scène la réalité des métiers : avec les pompiers luttant contre les incendies d’été, il trouve un sujet parfait, souvent traité avant lui, mais qu’il développe à sa façon, solide, documentée, réaliste, agrémentée de la pointe de romanesque qu’il faut. Le Dauphiné Libéré

MOI MOCHE ET MECHANT 3

  • lundi 31 juillet à 14h30
  • mardi 8 août à 14h30

Film d'animation américain de Pierre Coffin et Kyle Balda avec les voix de Gad Elmaleh et Audrey Lamy

Durée : 1h30

C'est l'une des plus grandes réussites du cinéma d'animation de la décennie. Originale, très drôle, la série a rendu sympathique l'épouvantable Gru… Un super-méchant super-moche qui a fini par révéler un cœur super-tendre. Dans ce troisième épisode, Gru va découvrir son frère jumeau. Un vrai boulet !

En termes de créativité et de réussite commerciale, les épisodes précédents avaient mis la barre très haut : deux premiers opus très réussis, un spin-off (Les Minions) au succès planétaire… On attendait donc ce volume 3 avec impatience et on n'est pas déçu. L'effet de surprise n'est certes plus au rendez-vous et on connaît parfaitement les personnages, mais l'équipage aux deux tiers français a mis le paquet pour éviter le moindre décrochage de notre attention : les gags se multiplient à un rythme effréné.
France Télévisions

NOTHINGWOOD

  • lundi 31 juillet à 20h45 en VOST

Documentaire franco-afghan de Sonia Kronlund avec Salim Shaheen

Durée : 1h20

présenté à la Quinzaine des Réalisateurs (Festival de Cannes 2017)

À une centaine de kilomètres de Kaboul, Salim Shaheen, l'acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique d’Afghanistan, est venu projeter quelques-uns de ses 110 films et tourner le 111ème au passage. Ce voyage dans lequel il a entraîné sa bande de comédiens, tous plus excentriques et incontrôlables les uns que les autres, est l'occasion de faire la connaissance de cet amoureux du cinéma, qui fabrique sans relâche des films de série Z dans un pays en guerre depuis plus de trente ans. Nothingwood livre le récit d’une vie passée à accomplir un rêve d’enfant.

On entre dans Nothingwood avec l’idée de rire de ce cinéaste maladroit, presque ridicule, imbu de son art et de son aura. Mais très vite, le jusqu’au-boutisme séduit et la foi l’emporte. Bande à part

PROCHAINEMENT

OZZY
La grande évasion

  • jeudi 3 août à 14h30
  • vendredi 4 août à 14h30
  • lundi 7 août à 14h30

Film d'animation espagnol de Nacho la Casa avec les voix de Ramzy Bedia et Antoine Duléry

Durée : 1h30

Ozzy, un adorable chien, fait le bonheur de ses maîtres. Ceux-ci devant partir quelques mois à l'étranger le confient à un luxueux hôtel pour chiens. Ils ignorent qu'en réalité Blue Creek est une prison. Ozzy ne se laissera pas faire. Avec l'aide de ses copains de cellule, il fera tout pour retrouver la liberté.

Destiné aux plus petits, ce long métrage à l’animation assez convaincante prône de belles valeurs comme le courage et l’amitié. Il distraira aussi leurs parents cinéphiles avec ses clins d’œil aux films de prison. Le Journal du Dimanche

ON THE MILKY ROAD

  • jeudi 3 août à 20h45 en VOST
  • lundi 7 août à 20h45 en VOST

Comédie dramatique serbe d'Emir Kusturica avec Monica Bellucci et Emir Kusturica

Durée : 2h05

Sous le feu des balles, Kosta, un laitier, traverse la ligne de front chaque jour au péril de sa vie pour livrer ses précieux vivres aux soldats. Bientôt, cette routine est bouleversée par l’arrivée de Nevesta, une belle réfugiée italienne. Entre eux débute une histoire d’amour passionnée et interdite qui les entraînera dans une série d’aventures rocambolesques.

Le retour de Kusturica tel qu’en lui-même : échevelé, baroque, mêlant la guerre et le rire, la violence et la beauté, le réel et l’imaginaire, la musique et les lance-flammes. Avec la Bellucci et sa féminité pulpeuse pour faire triompher l’amour et la vie. Le Dauphiné Libéré

MISSION PAYS BASQUE

  • vendredi 4 août à 20h45
  • dimanche 6 août à 18h

Comédie française de Ludovic Bernard avec Élodie Fontan, Florent Peyre et Daniel Prévost

Durée : 1h40

Sibylle, jeune Parisienne aux dents longues, entend briller dans ses nouvelles fonctions professionnelles en rachetant une quincaillerie au Pays Basque afin d’y implanter un supermarché. Elle s’imagine avoir « roulé » le vieux propriétaire mais ce dernier est sous curatelle. Sibylle doit donc faire affaire avec Ramon, le neveu, pour récupérer son argent et signer au plus vite. Sinon, c’est le siège éjectable assuré. Elle va rapidement s’apercevoir que les basques n’ont pas l’intention de se laisser faire par une parisienne, si jolie soit-elle.

L'humoriste décapant Florent Peyre est l'atout gagnant de cette comédie. Une révélation pour l'acteur de 37 ans qui s'est mis au cinéma sur le tard. Le Parisien

DUNKERQUE

  • samedi 5 août à 20h45
  • dimanche 6 août à 20h45 en VOST
  • mardi 8 août à 20h45

Film de guerre franco-américain de Christopher Nolan avec Tom Hardy, Mark Rylance et Kenneth Branagh

Durée : 1h47

Entre le 26 mai et le 4 juin 1940, les plages de Dunkerque sont ravagées par la guerre en cours. Venus de Belgique, d'Angleterre, du Canada et de Fance, des soldats alliés se retrouvent pris sous le feu des forces allemandes. Une vaste opération d'évacuation est mise en place pour tenter de les sauver...

Filmé à la pellicule, Dunkerque a relevé d'innombrables défis dans un souci d'authenticité. Navires de l'époque, disposition géométrique des soldats... Le spectateur sort de la salle avec une question en tête: Comment ont-ils pu tourner un tel film? Le Figaro

ORANGE CINÉDAY



À compter du 4 novembre 2015, la commande de code Cinéday s’effectuera uniquement le mardi à partir de 8h00, dans la limite des places disponibles. Les codes commandés seront valables le jour même uniquement.


Contacts

LA BELLE EQUIPE
Cinéma Argoat

Place de l'église
22160 Callac

  • Tél. : 02 96 45 92 21 (programme de la semaine en cours)
    02 96 45 89 43 (administration)
  • Mail: cineargoat@orange.fr

Naissance de La Belle Equipe

Pas de chance ! Caché derrière une petite maison, le cinéma Argoat est peu visible au passant. Pourtant, il recèle des trésors de dynamisme et de volonté !

Lorsque nous sommes arrivé.e.s en 1994, la salle ne comptait plus que 5 000 entrées par an et s'apprêtait à déposer le bilan, explique Sylvie Lagrue, présidente de l’association La Belle Equipe. Notre objectif principal était de remonter les entrées avec une programmation plus variée. Pour autant, la simple volonté ne suffit pas. Il a fallu découvrir le fonctionnement d’une salle de cinéma, apprendre les méandres administratifs. Nous avons découvert la face cachée du secteur, la pression des distributeurs, pourquoi nous ne pouvons avoir un film en sortie nationale, pourquoi nous devons sortir tel film pour obtenir tel autre… Puis il a fallu connaître les différentes instances cinématographiques, la mise en place des dossiers, la logistique, les transports... Sans compter les trois bénévoles qui ont dû se former à la projection, se souvient Sylvie.

Aujourd’hui, avec l’aide des ancien.ne.s exploitant.e.s devenu.e.s membres de l’association, La Belle Equipe maîtrise parfaitement son cinéma, entièrement modernisé (Dolby Digital, 3D...) et a su mettre en place des actions efficaces, permettant de doubler le nombre des entrées (10000 par an aujourd’hui). L'adhésion aux Ecrans d'Armor puis au Collectif cinéma 22 a permis d’accueillir des hôte.sse.s de marque tels que Jean-Pierre Mocky, Benoît Jacquot ou encore Jean-Baptiste Thoret. De même, la participation aux dispositifs d'éducation à l'image Cin'école et Ecole et cinéma, le développement de la VO, la diffusion de films d’art et essai et de documentaires ont attiré un nouveau public.

Désormais, nous sommes reconnu.e.s comme ayant une solide programmation. Parallèlement à l’activité cinématographique classique, nous tenons également à proposer des films tournés en Bretagne ou abordant des sujets qui interpellent les gens d’ici : l’agriculture durable, l’avenir de la médecine en milieu rural…

Pour autant, l’effort doit se poursuivre : bien que situé dans une zone subissant peu l’influence des salles multiplexes, l’Argoat doit se battre quotidiennement pour conserver et étoffer son public. Nous sommes dans un milieu rural et social assez fragile. Pour avoir la même croissance que les autres salles, nous devons faire 4 fois plus de travail d’animation, souligne Sylvie. Raison pour laquelle l’association travaille avec un programmateur qui propose un choix de films quelque peu différent. Des ententes avec les autres cinémas locaux (Rostrenen, Carhaix) ont également leur intérêt. Notre public art et essai étant un peu le même, nous essayons de nous concerter pour ne pas offrir les mêmes films.

Nous avons eu des moments difficiles, surtout quand le public n’est pas au rendez-vous, mais également des moments très forts, notamment avec la venue de Lucie Aubrac ou la diffusion du film sur les oubliés de 39-45. Pour cette raison, il ne faut pas lâcher la barre et rester constamment en éveil, conclut Sylvie.